méfiez-vous des contrefaçons...

     "...la forme n'est que discours si on passe à côté de l'essentiel..."

     "...les liens entre l'espace, l'orientation, la forme, la pente ou le plat, sont les indissociables composantes de l'approche conceptuelle, le style est sans importance ..."

                              Du développement de projets urbains et patrimoniaux, aux études de définition, de programmation et de requalification, le pôle architecture du groupe sycomore a inscrit de manière originale et personnelle le bâtiment dans le paysage et la ville.

Qu’est que « faire de l’architecture » dans la durée ?

 

   La récurrence de cette question trouve sa réponse dans l’interprétation du regard porté sur un état des choses : comme réponse à des attentes, l’attitude moderne n’a pas d’époque, ni de style, elle s’impose dans sa relation au territoire, possède le sens et la flexibilité nécessaire pour faire une place à l’homme.  Notre parcours et nos interrogations sont concomitantes et nous continuons de dessiner, penser, construire avec la même inquiétude sur la pertinence du choix et de la posture : la modernité peut se traduire par la permanence, la continuité d’un «esprit du temps» ainsi qu’on aimait le préciser dans les décennies précédentes.

 

   Aujourd’hui, les préoccupations ne varient guère, il s’agit de mesurer les enjeux de l’acte de bâtir : justesse de la commande, compréhension du lieu, de ses atouts et faiblesses, c’est-à-dire révéler la nature de l’inscription contextuelle pour produire la réponse adaptée, le reste, c’est-à-dire la forme, n’est que discours si on passe à côté de l’essentiel.

 

   La réponse architecturale, technique et environnementale juste s’inscrit dans le site, fabricant et confortant son inscription dans le temps par le « sens » et le vécu, elle se construit avec la présence, l’habiter, l’occuper…

 

 

 

Conception urbaine, architecturale et paysagère

 

 

La construction d’un raisonnement

 

   Les origines de notre qualification dans ces domaines sont issues d’interrogations lointaines sur l’évolution des paysages et de leurs composantes architecturales. La plus ancienne approche, confiée au sortir de nos diplômes par la DDE du Puy de Dôme dès 1977, s’est construite sur l’identification de la nature es constats et impacts du tracé de la voie de contournement Est de la ville d’ Issoire, composante de l’A75 en devenir ; les questions étaient multiples, du devenir des anciennes terres agricoles intégrées « de force » aux scénarios d’évolution en lien avec les interfaces de la ville existante, comprenant la stratégie de reconstruction d’une scénographie des paysages délimitant les territoires de la nouvelle voie, puis les questions du passage de la grande vitesse routière au rythme de la ville en ouvrant la question des entrées de ville : l’organisation des thématiques engendre une logique de classement et de hiérarchisation des informations et la définition du mode de croisement désinformations en vue d’établir des raisonnements de synthèse mesurables et exploitables.

 

   C’est ainsi que se sont construite les bases d’une méthodologie évolutive, issue des préoccupations des paysagistes, de notre curiosité autour de la formation des espaces occupés, de l’économie du projet, de la lecture des documents réglementaires et de leur synthèse que nous avons dû organiser les règles du raisonnement d’approche programmatique se déclinant de l’équipement de quartier jusqu’à la fabrication d’un éco quartier ou d’une requalification industrielle de grande échelle.

 

 

Développements de projets urbains et patrimoniaux

 

   Conséquence des dimensions programmatiques, la perception du projet urbain s’élargit de la dimension sociétale et de ses perceptions du devenir des formes urbaines entre la fabrication de l’espace public et les espaces intermédiaires encore appelés « seuils » entre l’espace public et le domaine du privé et de l’intime.

 

   Le projet urbain est aussi bien la redéfinition des usages de l’existant, souvent dans un autre rapport à l’histoire ; bien que l’existant ne requiert pas de dimension patrimoniale spécifique, mais s’appuie davantage sur l’existence d’un vécu initial et fondateur, opposable ou reconductible selon la posture socio-politique retenue, la forme de l’espace devenant simple résultante de choix morphologiques à priori de l’ordre de la pièce urbaine ou de l’exercice de style : c’est ainsi par exemple que la Halle du marché couvert du centre-ville de Thiers a été complétée et modifiée pendant trente ans d’interventions successives jusqu’à devenir une coquille vide de sens, conséquence d’un marché expulsé en plein air depuis les années quatre-vingt-quatre-vingt-dix.

 

 

Conception de projets architecturaux

 

   Aujourd’hui, répondre à une politique de développement urbain c’est articuler la double question des fonctionnalités à développer, du fonctionnement des échanges et de la cohérence entre espaces existant et pratiques socio-économiques. La déclinaison des différentes strates de la connaissance technique et des modes de fabrication économiques  de l’espace du territoire et des paysages humains s’applique à l’architecture ; les grands repères fondateurs de l’histoire de l’architecture ne contredisent pas mais complètent tous la pensée autour de la mise en œuvre de l’acte de bâtir ; les liens entre l’espace, l’orientation, la forme, la pente ou le plat, sont les indissociables composantes de l’approche conceptuelle, le style est sans importance : seule la rigueur de la mise en œuvre d’une logique constructive sait  s’adapter et répondre en terme d’échelles, de rythmes et d’économie de moyens adaptés de manière contextuelle aux exigences morphologiques locales.

 

 

Requalification / Réhabilitation

 

   La prise en compte d’une requalification impose une approche globale des risques et contraintes initiales : c’est sur la base des structures existantes, de la compréhension de l’organisation spatiale et de la relation au sol que pourront se constituer des intuitions morphologiques. La mesure de stabilité des sols, les calculs de stabilité des avoisinants et la synthèse des contenus des diagnostics spécifiques serviront les hypothèses et scenarii de projet. Sans les composantes complètes de l’inventaire des atouts et contraintes, inclus les contraintes initiales d’accessibilité et de gestion des flux, il est impossible d’engager une démarche de projet cohérente et fiable.

 

   Notre approche de ces problématiques s’est forgée dans la pratique des grands bureaux d’études de l’industrie et la connaissance des process de fabrication, aptes à élaborer des stratégies de mise en œuvre cohérentes et fiables pour les maîtres d’ouvrages.

 

   Nos capacités d’analyses et de synthèse des moyens s’appuient sur nos connaissances des processus de mise œuvre et des techniques nécessaires dans un cadre d’économie de projet maîtrisé.

Jean Paul Reuillard

2012 : Certification Qualitel BBC Effinergie

premiers logements sociaux BBC en Auvergne - OPHIS

Résidence Jean Moulin à Cébazat (63)

18 logements locatifs et locaux d'activités 1932m²

 

2011 : 1er Prix Régional d'Architecture

Lauréat de la catégorie Habitat Individuel

"La Maison sur le Lac" à Aydat (63)

 

2007 : Prix Chantier Qualité OPHIS

Résidence Ecole à Beaumont (63)

71 logements, 6329m²

 

2004 : Palmarès OPAC de l'Habitat

Lauréat de la catégorie Habitat Urbain

Espace Neyron à Clermont-Ferrand (63)

110 logements, commerces, 16000m²

 

2003 : SEM d'OR de l'aménagement

SEBA 15 pour le village d'entreprise d'Aurillac

     "...le projet urbain [...] s'appuie davantage sur l'existence d'un vécu initial et fondateur, opposable ou réductible selon la posture socio-politique retenue, la forme de l'espace devenant simple résultante..."